Logo CGbandeau avril 2015

contactnous contacter

logo facebook   logo twitter Instagram Logo

Lundi 19 juin 2017 : Election suite à la démission du Président

Intervention de Pascale ROCHAS, coprésidente du groupe, lors de l'élection du Président du Conseil départemental

"Aujourd'hui nous procédons à l’élection du Président de notre Assemblée. La démission de Patrick Labaune a fait suite à un épisode politique peu glorieux.

De ces épisodes qui font que le lien se dégrade entre les citoyens et les élus. Il y a eu des grenouillages mais surtout des propos inacceptables ont été tenu, des propos, que nous condamnons, qui ne devraient même pas être penses par des élus. Les propos tenus par celui qui était l'image de notre institution ternissent l'action de celles et ceux qui s'engagent au service des citoyens.

Sa démission était donc indispensable.

Avec cette élection, le Conseil Départemental peut tourner la page de ces propos inadmissibles et donner des preuves aux Dromoises et aux Dromois qu'ils sont importants et que notre institution est bien un lieu de respect et de considération de tous et de chacun.

Il s’agit d’un remaniement interne à la majorité à laquelle nous ne prenons pas part. Nous ne présentons pas de candidat.

Ce qui ne veut pas dire se taire. LDM n’est pas un groupe qui se mêle des affaires internes de la majorité. C’est est un groupe d'opposition qui travaille et fait des propositions. Nous nous appuyons à la fois sur l'expertise de ceux qui appartenait à l'ancienne majorité et sur les nouvelles têtes qui apportent souvent une vision très factuelle des choses.

Nous vous faisons régulièrement part des demandes et besoins qui remontent du terrain. Nous connaissons nos cantons et nous en sommes de vrais représentants. Nous représentons d’ailleurs la majorité des communes. Dans cette deuxième période qui s'ouvre pour le Conseil départemental, nous souhaitons être écoutés et pourquoi pas entendus car notre objectif est une DRÔME ou toutes et tous doivent trouver l'accompagnement quotidien dont ils ont besoin.

Pour des Dromoises et des Dromois, des acteurs économiques et associatifs, des territoires au meilleur de leur forme il nous faut une institution constructive, attentive et innovante."

Lundi 13 février 2017 : Séance du budget primitif 2017

la photo pour le site séance 5Un budget 2017 en trompe l'oeil

Après la « résignation offensive » de la majorité présentée lors du DOB en janvier, nous avons assisté aujourd’hui à la présentation d’un budget mensonger.

L’actuelle majorité ne cesse de crier au loup depuis presque 2 ans, alors que les finances du Département sont saines. Les baisses des dotations sont effectives mais les marges de manœuvre sont bien réelles.

Ce sont près de 20 millions d’autofinancement brut qui ont disparu entre le prévisionnel 2016 et le réalisé. Aggraver fictivement la situation est une opération bien pratique pour faire accepter les baisses de budgets et de subventions.

Au lieu du New Deal annoncé à grand renfort de communication il y a plus d’un an, on assiste en fait à une réelle diminution des investissements.

Avant, nous avions une Drôme de grands projets innovants. L’inauguration du Pôle Ecotox en présence du Président de la République vendredi dernier est un bel exemple. Maintenant, nous subissons sans cesse des effets d’annonce, mais sans en voir la concrétisation.

Et pourtant, c’est maintenant que nos territoires, nos communes, nos entreprises ont besoin d’investissements.

C’est maintenant que nos associations ont besoin d’être soutenues et accompagnées dans leur développement.

Mais la majorité de Patrick Labaune préfère masquer son incompétence et son manque d’ambition par le prétexte fallacieux des difficultés financières qui nécessiteraient des restrictions budgétaires.

Mais c’est toute la Drôme qui est directement touchée : la jeunesse, les associations, les entreprises, les territoires…

L’intérêt général est mis de côté, les pratiques politiciennes et partisanes sont de retour.

Nous avons à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme, demandé au Président de proposer une vision pour l’avenir. Mais la majorité préfère se lamenter et détruire toutes les politiques de solidarité dont le Département doit être le garant.

Nous le regrettons et avons donc voté contre ce budget qui n’est pas à la hauteur de notre ambition pour la Drôme.

Retrouvez en vidéo, nos interventions en séance :    

Pascale ROCHAS, Conseillère départementale du canton de Nyons et Baronnies et coprésidente du groupe d'opposition est intervenue pour marquer l'opposition de notre groupe à la baisse des subventions aux associations de 7,5%

"Les associations ne sont pas une variable d’ajustement et votre baisse de 7.5 % de l’enveloppe vient s’ajouter à la politique régionale de votre ami Laurent Wauquiez, qui avec la suppression des CDDRA met en très grande difficulté les associations
C’est ce message que vous donnez aux bénévoles, aux structures locales qui les soutiennent et aux milliers de drômois qui bénéficient chaque jour de leur action. C‘est un message d’abandon, de mépris, de régression."

 

Elle est ensuite intervenue pour demander au Président du Conseil départemental de dégager l'enveloppe nécessaire à la concrétisation des travaux sur l'EHPAD de Buis-les-baronnies.

"les habitants des Baronnies comptent sur vous pour que la maison de retraite de Buis soit, comme toutes les autres dans la Drôme, non seulement aux normes sanitaires mais aussi aux normes morales  de notre République !"

Anna PLACE , Conseillère départementale du canton de Bourg-de-Péage, est intevenue pour faire part de notre inquiétude sur l'avenir des politiques sociales.

"Nous votons contre le choix politique qui supprime définitivement les aides aux missions locales. les associations d'insertion sont également en très grande difficulté et inquiétent pour les personnes qu'elles accompagnent."

Pierre PIENIEK , Conseiller départemental du canton de Romans est intervenu sur les questions de la santé et de l'autonomie

"NBlablabla »

 

Pierre COMBES , Conseiller départemental du canton de Nyons et Baronnies est  intervenu sur la question de la ruralité puis sur le tourisme

"blabla."

Les retours dans la presse :

Dauphiné libéré du mardi 14 février 2017

 

 

Lundi 9 janvier 2017 : Séance du débat d'orientation budgétaire 2017

Photo séance du DOB 9 janvier 2017Résignation ou inaction ? Un Conseil départemental en panne

La seconde séquence budgétaire de la nouvelle majorité débute sous de bien mauvais hospice avec un terrible aveux du Président LABAUNE, celui de la « résignation ».

Nous avions une Drôme des projets, qui rayonnait à l’échelle nationale (à la pointe du numérique, 1er département bio de France, Agrilocal, Pôle écotox, chéquier top départ…) nous avons désormais une Drôme des plaintes et des pétitions.

La baisse des dotations de l’Etat retirera en 2017 la somme de 8,3 millions d’Euros au budget du Département (soit 27,7 millions d’Euros sur 3 ans). On peut le regretter, même s’il est difficile de s’opposer au redressement des comptes publics de notre pays et de l’effort indispensable qu’il demande. Cependant, cela ne correspond qu’à une baisse de 1,44% du budget, ce qui est surmontable pour notre Département, géré avec excellence ces dernières années. Bizarrement, la majorité oublie de parler des 74 millions d’Euros d’aides supplémentaires accordées par l’Etat, depuis 2014, pour compenser la progression des charges liées aux prestations sociales.

Après nous avoir promis à grand renfort de communication la mise en place d’un grand plan de relance de l’investissement, appelé même très modestement « New Deal », il faut se rendre à l’évidence : la majorité est en panne d’inspiration pour des nouveaux projets et elle a du mal à le cacher dans ce débat d’orientation budgétaire. Il a fallu moins de 2 ans à la droite départementale pour porter un terrible coup au dynamisme de notre Département. Ce que nous craignons est en train de se confirmer : Le Conseil départemental est en panne, il ne faudrait pas que la Drôme soit condamnée à l’arrêt.

Notre Département est pourtant formidable, il peut compter sur de très nombreux acteurs économiques et associatifs, sur une multitude de porteurs de projets et sur de nombreuses personnes soucieuses de l’intérêt général, prête à donner de leur temps et leur énergie au service des autres. Le Président du Conseil départemental et la majorité n’ont pas le droit à la résignation. Ils ont la responsabilité d’être aux côtés de tous ces acteurs et de leur donner les moyens de mener leurs projets et leurs actions. Les marges de manœuvres financières existent pour cela, encore faut-il en avoir la volonté politique.

Nous en appelons à une prise de conscience du Président du Conseil départemental et qu’il s’emploie à préparer un budget 2017 dynamique et ambitieux, au service des drômoises et des drômois, pour l’avenir de notre département.

Retrouvez en vidéo, nos interventions en séance :    

Pascale ROCHAS, Conseillère départementale du canton de Nyons et Baronnies et coprésidente du groupe d'opposition, est intervenue pour dénoncer la "résignation" du Président et de la majorité

"Est-ce bien le rôle d’élus de la République de revendiquer leur résignation au moment ou il y a tant d’attente dans notre société ? au moment ou il y a tant de défis à relever ? et cela dans un département aussi dynamique que le notre…"

Pierre JOUVET, Conseiller départemental du canton de Saint-Vallier et coprésident du groupe d'opposition est intervenu lors du débat d'orientation budgétaire

"Avant, nous avions une Drôme des projets, maintenant, nous avons une Drôme de la résignation, des plaintes et des pétitions."

Anna PLACE , Conseillère départementale du canton de Bourg-de-Péage, est intevenue pour faire part de notre inquiétude sur l'avenir des politiques sociales.

"Nous souhaitons rappeler ici notre inquiétude sur les moyens donnés aux agents départementaux pour remplir leur mission. La loi rappelle que Département est le garant des solidarités humaines. Mais il ne joue plus le rôle d’amortisseur qu’il devrait et nous le regrettons vivement."

Bernard BUIS , Conseiller départemental du canton du Diois est intervenu sur la question du personnel départemental et du service public

Nous partageons votre objectif de maîtrise de la masse salariale. Mais elle doit être raisonnable. Les emplois publics, ce sont des emplois, des agents qui oeuvrent au développement de projets pour la Drôme, du pouvoir d’achat, des familles qui vivent et consomment dans notre territoire. La maîtrise de la masse salariale ne doit donc pas se faire au détriment de la qualité et de la proximité des services rendus aux Drômois. »

 

Pierre COMBES , Conseiller départemental du canton de Nyons et Baronnies est  intervenu sur la question de la ruralité

"Dans ce DOB, quelques annonces pour les années à venir, des projets pour la Vallée du Rhône, mais rien pour les territoires ruraux, excepté pour le Vercors.   Mais la Drôme ne se résume pas à la belle Vallée du Rhône. Il y a de nombreuses toutes petites communes qui font aussi vivre « l’arrière-pays ».   Car oui, il y a aussi des habitants dans les Baronnies, dans le Diois… Mais aussi des entreprises, des artisans, des commerçants… Et des services publics que nous défendons sans relâche.   Mais sans l’aide du Département, nos territoires se meurent. la ruralité c’est une force pour l’ensemble du Département, une richesse, des trésors."

Les retours dans la presse :

Dauphiné libéré du mardi 10 janvier 2017

Article de presse Dauphiné 9 janvier 2017

 

Lundi 17 octobre 2016 : séance DM scolaire

IMG 1735Séance publique DM scolaire

Ce matin, lors de la séance consacrée à l’éducation, nous avons exprimé un certain nombre d’inquiétudes sur la pérennité des moyens mis en œuvre.

L’application du nouveau règlement sur la dotation EPS pose un certain nombre de difficultés et nous restons vigilants sur l’évolution des modalités d’application. 

Nous nous félicitons de la poursuite des engagements pris par l’ancienne majorité avec le programme « Manger mieux, manger bio » et le dispositif « Agrilocal » qui permet de promouvoir les circuits courts et l’utilisation des produits locaux.  

Sur les questions de sectorisation, nous avons relayé les inquiétudes des parents d’élèves et élus locaux sur la plaine de Valence en votant contre les propositions faites sur ce secteur.

 

 

Lundi 26 septembre 2016 : Séance publique des questions au Préfet

photo Assemblée 26 sept 2016Séance publique des questions au Préfet de la Drôme

Lors de la séance publique de ce matin dédiée notamment aux traditionnelles questions à Monsieur le Préfet de la Drôme, nous avons choisi d’aborder 3 thèmes :

- Pierre COMBES : la question de l’accueil des réfugiés dans la Drôme : chaque département doit participer à l’effort national pour offrir des conditions humaines et dignes d’accueil à des personnes persécutées dans leur pays, dans la tradition d'asile de la France. Nous avons été choqués des positions de la droite et de l’extrême droite sur ce sujet et nous souhaitons connaître le dispositif prévu par l’Etat pour répondre favorablement à cet enjeu très important.

- Pierre JOUVET : la situation de l’économie et de l’emploi dans la Drôme : nous nous inquiétons de la baisse de l’investissement du Conseil départemental en faveur de grands projets, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour les entreprises drômoises. Dans une dynamique nationale où le chômage commence à reculer, la Drôme reste à la traîne. Nous avons également demandé à Monsieur le Préfet qu’il nous fasse un bilan détaillé des résultats des dispositifs gouvernementaux en faveur de l’emploi. Cela a également été l'occasion de rappeler la nécessité de réunir très prochainement une conférence départementale de l'investissement. Par ailleurs, quelques jours après l'ouverture de la 80ème Foire du Dauphiné, nous avons souhaité rappeler et soutenir auprès du Préfet l'importance de pérenniser l'organisation de la Foire de Romans et de tout faire pour préserver cet événement économique et romanais majeur malgré les contraintes liées à son implantation actuelle.

- Patricia BOIDIN : le rappel des règles d’attribution pour les logements sociaux : nous nous interrogeons régulièrement dans le cadre des commissions d’attribution des bailleurs sociaux drômois sur la méthode employée. Certains proposent de remettre « un peu de morale et de valeur » dans l’attribution des logements sociaux afin que priorité soit donnée « aux Drômois, aux Français et à ceux qui travaillent ». Nous avons sollicité le Préfet pour un rappel à la loi et une vigilance dans ce domaine pour garantir l’équité et l’accès à toutes et tous au logement social.

Lors de la séance de ce matin, la droite départementale a également proposé l’adoption d’un vœu sur la soi-disant « asphyxie » financière des départements.

La classe politique dans son ensemble est d’accord pour dire qu’il ne faut pas laisser filer la dette publique, certains dans leurs programmes à la Primaire des Républicains proposent des baisses de dépenses publiques de 100 milliards ou 150 milliards au niveau national, bien au-delà des 50 milliards réalisés aujourd’hui. Cela n’aurait-il aucune conséquence pour les Départements ? Pour les Communes ? Bien sûr que si, la baisse des dotations seraient 2 à 3 fois supérieures.

Stop à la démagogie ! Le dernier compte administratif est la démonstration incontestable de l'excellente santé financière de notre département : un héritage transmis par l'ancienne majorité de gauche. Il est également possible de consulter les chiffres sur le site du Ministère des finances.

Depuis un an, Le Président du Conseil départemental nous raconte une histoire, celle d’un « malade imaginaire » : une Drôme qui connaîtrait une situation difficile voire inquiétante. Le récit d'une Drôme qui souffrirait très gravement des baisses des dotations de l'Etat et qui n’aurait plus les moyens de mener son action.

Cependant, les discours sont bien éloignés de la réalité. Les chiffrent ne mentent pas :
- 29,12 millions d'euros d'excédent (soit + 53% par rapport à l’exercice précédent)
- Un recours à l'emprunt qui n'a jamais été aussi bas (5 millions d’€ contre 18,5 millions d’€ précédemment).
- Une dette qui continue à diminuer (235 € par habitant, à mettre en perspective avec une moyenne nationale des départements à 504 € par habitant).
- Des baisses de dotations de l'Etat qui ne pèsent que 1,42 % du budget (-11 millions d'euros)
- Un investissement qui recule (-13,55%) alors que la majorité annonce un « New Deal », une relance de l’investissement (…) La politique menée par la majorité départementale est incompréhensible, pleine de contradictions, sans ambition.  

Nous dénonçons les coupes sombres injustifiées menées au nom d’une idéologie et non pour des raisons objectives : jeunesse, territoires ruraux, pompiers, associations, mise à mal du service public départemental de manière générale.

Notre groupe demande au Président du Conseil départemental de prendre acte de la situation financière du Département et de corriger rapidement sa politique pour ne pas faire prendre un temps de retard à la Drôme et aux Drômois.

Pour notre part, nous resterons mobilisés pour défendre la vision d’une Drôme unie et solidaire !

Intervention de Pierre JOUVET sur la question de l'emploi et de l'économie :

 Intervention de Pierre COMBES sur la question de l'accueil des réfugiés dans la Drôme

 

 

Intervention de Patricia BOIDIN sur la question des règles d'attribution des logements sociaux