Logo CG                             bandeau avril 2015

     S'abonner à la lettre d'information :

contactnous contacter

logo facebook   logo twitter Instagram Logo

Lundi 9 janvier 2017 : Séance du débat d'orientation budgétaire 2017

Photo séance du DOB 9 janvier 2017Résignation ou inaction ? Un Conseil départemental en panne

La seconde séquence budgétaire de la nouvelle majorité débute sous de bien mauvais hospice avec un terrible aveux du Président LABAUNE, celui de la « résignation ».

Nous avions une Drôme des projets, qui rayonnait à l’échelle nationale (à la pointe du numérique, 1er département bio de France, Agrilocal, Pôle écotox, chéquier top départ…) nous avons désormais une Drôme des plaintes et des pétitions.

La baisse des dotations de l’Etat retirera en 2017 la somme de 8,3 millions d’Euros au budget du Département (soit 27,7 millions d’Euros sur 3 ans). On peut le regretter, même s’il est difficile de s’opposer au redressement des comptes publics de notre pays et de l’effort indispensable qu’il demande. Cependant, cela ne correspond qu’à une baisse de 1,44% du budget, ce qui est surmontable pour notre Département, géré avec excellence ces dernières années. Bizarrement, la majorité oublie de parler des 74 millions d’Euros d’aides supplémentaires accordées par l’Etat, depuis 2014, pour compenser la progression des charges liées aux prestations sociales.

Après nous avoir promis à grand renfort de communication la mise en place d’un grand plan de relance de l’investissement, appelé même très modestement « New Deal », il faut se rendre à l’évidence : la majorité est en panne d’inspiration pour des nouveaux projets et elle a du mal à le cacher dans ce débat d’orientation budgétaire. Il a fallu moins de 2 ans à la droite départementale pour porter un terrible coup au dynamisme de notre Département. Ce que nous craignons est en train de se confirmer : Le Conseil départemental est en panne, il ne faudrait pas que la Drôme soit condamnée à l’arrêt.

Notre Département est pourtant formidable, il peut compter sur de très nombreux acteurs économiques et associatifs, sur une multitude de porteurs de projets et sur de nombreuses personnes soucieuses de l’intérêt général, prête à donner de leur temps et leur énergie au service des autres. Le Président du Conseil départemental et la majorité n’ont pas le droit à la résignation. Ils ont la responsabilité d’être aux côtés de tous ces acteurs et de leur donner les moyens de mener leurs projets et leurs actions. Les marges de manœuvres financières existent pour cela, encore faut-il en avoir la volonté politique.

Nous en appelons à une prise de conscience du Président du Conseil départemental et qu’il s’emploie à préparer un budget 2017 dynamique et ambitieux, au service des drômoises et des drômois, pour l’avenir de notre département.

Retrouvez en vidéo, nos interventions en séance :    

Pascale ROCHAS, Conseillère départementale du canton de Nyons et Baronnies et coprésidente du groupe d'opposition, est intervenue pour dénoncer la "résignation" du Président et de la majorité

"Est-ce bien le rôle d’élus de la République de revendiquer leur résignation au moment ou il y a tant d’attente dans notre société ? au moment ou il y a tant de défis à relever ? et cela dans un département aussi dynamique que le notre…"

Pierre JOUVET, Conseiller départemental du canton de Saint-Vallier et coprésident du groupe d'opposition est intervenu lors du débat d'orientation budgétaire

"Avant, nous avions une Drôme des projets, maintenant, nous avons une Drôme de la résignation, des plaintes et des pétitions."

Anna PLACE , Conseillère départementale du canton de Bourg-de-Péage, est intevenue pour faire part de notre inquiétude sur l'avenir des politiques sociales.

"Nous souhaitons rappeler ici notre inquiétude sur les moyens donnés aux agents départementaux pour remplir leur mission. La loi rappelle que Département est le garant des solidarités humaines. Mais il ne joue plus le rôle d’amortisseur qu’il devrait et nous le regrettons vivement."

Bernard BUIS , Conseiller départemental du canton du Diois est intervenu sur la question du personnel départemental et du service public

Nous partageons votre objectif de maîtrise de la masse salariale. Mais elle doit être raisonnable. Les emplois publics, ce sont des emplois, des agents qui oeuvrent au développement de projets pour la Drôme, du pouvoir d’achat, des familles qui vivent et consomment dans notre territoire. La maîtrise de la masse salariale ne doit donc pas se faire au détriment de la qualité et de la proximité des services rendus aux Drômois. »

 

Pierre COMBES , Conseiller départemental du canton de Nyons et Baronnies est  intervenu sur la question de la ruralité

"Dans ce DOB, quelques annonces pour les années à venir, des projets pour la Vallée du Rhône, mais rien pour les territoires ruraux, excepté pour le Vercors.   Mais la Drôme ne se résume pas à la belle Vallée du Rhône. Il y a de nombreuses toutes petites communes qui font aussi vivre « l’arrière-pays ».   Car oui, il y a aussi des habitants dans les Baronnies, dans le Diois… Mais aussi des entreprises, des artisans, des commerçants… Et des services publics que nous défendons sans relâche.   Mais sans l’aide du Département, nos territoires se meurent. la ruralité c’est une force pour l’ensemble du Département, une richesse, des trésors."

Les retours dans la presse :

Dauphiné libéré du mardi 10 janvier 2017

Article de presse Dauphiné 9 janvier 2017