Logo CG                             bandeau avril 2015

     S'abonner à la lettre d'information :

contactnous contacter

logo facebook   logo twitter Instagram Logo

Lundi 13 février 2017 : Séance du budget primitif 2017

la photo pour le site séance 5Un budget 2017 en trompe l'oeil

Après la « résignation offensive » de la majorité présentée lors du DOB en janvier, nous avons assisté aujourd’hui à la présentation d’un budget mensonger.

L’actuelle majorité ne cesse de crier au loup depuis presque 2 ans, alors que les finances du Département sont saines. Les baisses des dotations sont effectives mais les marges de manœuvre sont bien réelles.

Ce sont près de 20 millions d’autofinancement brut qui ont disparu entre le prévisionnel 2016 et le réalisé. Aggraver fictivement la situation est une opération bien pratique pour faire accepter les baisses de budgets et de subventions.

Au lieu du New Deal annoncé à grand renfort de communication il y a plus d’un an, on assiste en fait à une réelle diminution des investissements.

Avant, nous avions une Drôme de grands projets innovants. L’inauguration du Pôle Ecotox en présence du Président de la République vendredi dernier est un bel exemple. Maintenant, nous subissons sans cesse des effets d’annonce, mais sans en voir la concrétisation.

Et pourtant, c’est maintenant que nos territoires, nos communes, nos entreprises ont besoin d’investissements.

C’est maintenant que nos associations ont besoin d’être soutenues et accompagnées dans leur développement.

Mais la majorité de Patrick Labaune préfère masquer son incompétence et son manque d’ambition par le prétexte fallacieux des difficultés financières qui nécessiteraient des restrictions budgétaires.

Mais c’est toute la Drôme qui est directement touchée : la jeunesse, les associations, les entreprises, les territoires…

L’intérêt général est mis de côté, les pratiques politiciennes et partisanes sont de retour.

Nous avons à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme, demandé au Président de proposer une vision pour l’avenir. Mais la majorité préfère se lamenter et détruire toutes les politiques de solidarité dont le Département doit être le garant.

Nous le regrettons et avons donc voté contre ce budget qui n’est pas à la hauteur de notre ambition pour la Drôme.

Retrouvez en vidéo, nos interventions en séance :    

Pascale ROCHAS, Conseillère départementale du canton de Nyons et Baronnies et coprésidente du groupe d'opposition est intervenue pour marquer l'opposition de notre groupe à la baisse des subventions aux associations de 7,5%

"Les associations ne sont pas une variable d’ajustement et votre baisse de 7.5 % de l’enveloppe vient s’ajouter à la politique régionale de votre ami Laurent Wauquiez, qui avec la suppression des CDDRA met en très grande difficulté les associations
C’est ce message que vous donnez aux bénévoles, aux structures locales qui les soutiennent et aux milliers de drômois qui bénéficient chaque jour de leur action. C‘est un message d’abandon, de mépris, de régression."

 

Elle est ensuite intervenue pour demander au Président du Conseil départemental de dégager l'enveloppe nécessaire à la concrétisation des travaux sur l'EHPAD de Buis-les-baronnies.

"les habitants des Baronnies comptent sur vous pour que la maison de retraite de Buis soit, comme toutes les autres dans la Drôme, non seulement aux normes sanitaires mais aussi aux normes morales  de notre République !"

Anna PLACE , Conseillère départementale du canton de Bourg-de-Péage, est intevenue pour faire part de notre inquiétude sur l'avenir des politiques sociales.

"Nous votons contre le choix politique qui supprime définitivement les aides aux missions locales. les associations d'insertion sont également en très grande difficulté et inquiétent pour les personnes qu'elles accompagnent."

Pierre PIENIEK , Conseiller départemental du canton de Romans est intervenu sur les questions de la santé et de l'autonomie

"NBlablabla »

 

Pierre COMBES , Conseiller départemental du canton de Nyons et Baronnies est  intervenu sur la question de la ruralité puis sur le tourisme

"blabla."

Les retours dans la presse :

Dauphiné libéré du mardi 14 février 2017