Logo CG                             bandeau avril 2015

     S'abonner à la lettre d'information :

contactnous contacter

logo facebook   logo twitter Instagram Logo

Communiqué de presse - Mercredi 25 novembre 2015

Pierre JOUVET au microUne honte pour les Drômois, la Drôme et la République

Lors du meeting de campagne régionale de Laurent WAUQUIEZ, mardi 24 novembre à Valence, Patrick LABAUNE a tenu des propos honteux, impardonnables et antirépublicains, rapportés par le Dauphiné Libéré, en parlant d’ « un Gouvernement allié des djihadistes ». Je les condamne avec la plus grande fermeté.

Au moment où les élus doivent faire preuve de retenue, de sang-froid et incarner l’unité nationale face à la menace terroriste, un tel comportement déshonore la politique et salit la République.

Face à l’indécence, à l’irrespect total pour l'action efficace et courageuse de nos forces de sécurité et de nos forces armées, beaucoup de citoyens bien au-delà des clivages politiques ne se reconnaissent pas dans ces paroles et éprouvent même un réel dégoût.

Après plusieurs dérapages sur l’immigration, sur le rétablissement de la peine de mort, après avoir été absent du Congrès à Versailles considérant que ça n’avait pas d’intérêt alors qu’il est Député, c’est une preuve supplémentaire que Patrick LABAUNE, Président du Conseil départemental, est indigne des fonctions qu’ils exercent. C’est une honte pour les Drômois, la Drôme et surtout pour la République.

Si Patrick LABAUNE se rend compte a posteriori que ses paroles ont dépassé ses pensées, qu'il présente des excuses.

Dans tous les cas, je demande solennellement à Laurent WAUQUIEZ et à Nicolas DARAGON têtes de liste régionales et départementales présents dans la salle hier soir decondamner rapidement ces propos et de présenter des excuses publiques au Président de la République et au Gouvernement avant les obsèques nationales de vendredi aux Invalides enmémoire des nombreuses victimes.

J’ai également saisi le Préfet de la Drôme pour qu’il condamne ces propos qui mettent encause la détermination de l’État à garantir la sécurité de l’ensemble de nos concitoyens et àcombattre avec force les terroristes en France et sur les théâtres d'opérations extérieures.

Pierre JOUVET
Coprésident du groupe « La Drôme en Mouvement »



Communiqué de presse - Mercredi 28 octobre 2015

pierre jouvetLa dernière trouvaille de Patrick Labaune...

Supprimer les interprètes dans les centres médico-sociaux drômois pour les usagers d'origine étrangère ? La dernière trouvaille de Patrick Labaune à quelques semaines des élections régionales.

Après les attentats de janvier, il n'avait rien trouvé de mieux que de réclamer le rétablissement de la peine de mort. Aujourd'hui il essaie de récupérer quelques voix sur le dos des étrangers.

J'en ai ras le bol de ces élus qui décrédibilisent la politique en prenant des sujets importants par le petit bout de la lorgnette. J'en ai ras le bol de ces élus démagos qui excitent les peurs plutôt que de changer le quotidien des gens. La méthode est la même depuis 30 ans !

Être élu, ce n'est pas juste gagner une élection et faire des coups politiques. C'est rassembler, agir et mettre en œuvre un projet politique qui serve la Drôme et la République.

Pierre JOUVET
Coprésident du groupe « La Drôme en Mouvement »



Communiqué de presse - Lundi 19 octobre 2015

Photo de la séance 19 octobre 2015Séance publique du lundi 19 octobre 2015

Nous félicitons Karine Guilleminot et Pierre Pieniek pour leur victoire, suite au rejet de recours qui avait été déposé après les élections.  

En ouverture de séance, nous avons souhaité exprimer notre profond désaccord sur plusieurs sujets au cœur de l’actualité départementale :

- Sur la forme : nous déplorons l’absence de concertation dans des décisions importantes, notamment la réforme du dispositif d’aide aux communes et aux tiers. Elle a été présentée aux maires de la Drôme, avant tout dialogue avec les Conseillers départementaux.

- Sur le fond : Nous ne voyons pas de cap. La coupe budgétaire n’a jamais fait une politique. Quel projet ? Quels objectifs ? Nous sommes en attente. Nous contestons l’argument fallacieux de la baisse des dotations de l’état qui n’impacte que très peu le Conseil départemental (1% du budget) qui, de plus, profite d’une excellente santé financière, héritage du mandat précédent (19 millions d’Euros d’excédent au dernier Compte administratif).

L’insertion, les stations de ski, la jeunesse, les pompiers : on ne réforme pas avec un rabot. On réforme avec un cap politique et des objectifs. A la vue de toutes ces décisions, nous craignons de voir notre Drôme se fracturer, nous craignons de voir émerger une Drôme à deux vitesses.  

Nous serons toujours une opposition vigilante mais une opposition constructive. Nous rappelons au président du Conseil départemental notre courrier du 28 septembre dans lequel nous avons fait 6 propositions pour une réforme plus juste et solidaire de l’aide aux communes et aux tiers. Nous attendons maintenant sa réponse. 

Enfin, nous pensons que l’investissement doit être la priorité pour notre département. Nous en appelons au rassemblement pour travailler à la grande conférence départementale que nous avons proposé et que Monsieur le Préfet de la Drôme a accepté de mettre en place lors du Congrès des Maires de la Drôme.  

Pierre JOUVET, Pascale ROCHAS, coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Patricia BOIDIN, Bernard BUIS, Luc CHAMBONNET, Martine CHARMET, Gérard CHAUMONTET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Pascal PERTUSA, Pierre PIENIEK, Anna PLACE, Jean SERRET

 

 

Réponse au Président du Conseil départemental - 1er octobre 2015

Photo devant le département lègèreEntre la Drôme et l'UMP, Monsieur Labaune doit choisir !

Pour éviter de répondre aux 6 propositions de fond du groupe d'opposition La Drôme en mouvement qui veut maintenir l'aide aux communes et la solidarité territoriale, Patrick Labaune fait diversion ! Si le sujet n'était pas si sérieux pour les maires, les entreprises et les Drômois, ses déclarations auraient presque pu nous faire sourire tant elles sont excessives et inconséquentes.

Patrick Labaune est sans doute plus à l'aise en chef de clan qu'en Président du Département mais ce n'est pas le Président de l'UMP que le groupe d'opposition a saisi pour lui faire part de ses inquiétudes. Un groupe d'opposition de 16 conseillers départementaux qui ne représente pas un parti mais les habitants des 215 communes qui les ont élus. Il faut que Patrick Labaune soit un peu sérieux, prenne de la hauteur et soit moins sectaire. Il doit représenter l'Assemblée départementale et tous les Drômois.

La diminution des dotations de l'Etat au département de la Drôme, qu'il qualifie de racket, représente 1% du budget. Pour répondre à cet impératif de redressement des comptes publics de la nation, il propose une baisse de 13% des dotations aux 369 communes de notre Département ! N'y a t'il pas deux poids deux mesures ? Pour les maires c'est la double peine !  Peut-être Patrick Labaune veut-il servir de laboratoire de l'austérité à Nicolas Sarkozy puisque l'ex-président a proposé hier une baisse de 100 milliards d'€ des dépenses publiques.

À l'inverse de l'Etat, le département de la Drôme est en excellente situation financière puisque la majorité précédente et son Président Didier Guillaume ont laissé un excédent de 19 millions d'€ pour la seule année 2014 alors que les dotations de l'Etat aux collectivités diminuaient déjà !Mais peut être que Patrick Labaune a du mal à faire un budget. Nous lui proposons de laisser la Présidence de la Commission des finances au groupe La Drôme en mouvement. Nous ferons un budget responsable, qui favorise l'investissement, joue son rôle d'amortisseur pour les communes, sans augmenter les impôts des Drômois.

Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS
Coprésidents du groupe "La Drôme en Mouvement"

Article Dauphiné 1 octobre 2015 Patrick LAUBAUNE

Conférence de presse - Lundi 28 septembre 2015

conférence de presse 2Pour une Drôme unie et solidaire !

Nous avions annoncé lors de la séance d’installation du Conseil départemental notre feuille de route pour le mandat : une opposition constructive et vigilante.

Après 6 mois, à l’approche du premier budget, l’heure de la vigilance est arrivée :
- Décision de fermeture partielle des stations du Diois
- Suppression de la prévention spécialisée dans une grande partie du département
- Baisse des budgets dédiés à l’insertion, à l’accompagnement des jeunes et à la solidarité
- Réduction de 13% de l’aide aux communes La solidarité entre les Drômois et entre les territoires, c’est l’ADN de la Drôme. C’était vrai sous le Président MOUTON, ce principe s’est renforcé avec le Président GUILLAUME. Les annonces faites depuis 6 mois nous inquiètent énormément.

Pourquoi casser ce qui fonctionnait et était unanimement reconnu comme une bonne politique ?

La réforme de l’aide aux communes proposée, c’est :
- Une perte de 13% des moyens dédiés aux communes de la Drôme. Non, ce n’est pas une conséquence des baisses des dotations de l’Etat mais bien un choix politique de facilité que doit assumer la majorité (la baisse des dotations représente moins de 1% du budget départemental).
- 65 communes de taille moyenne, parfois pauvres, exclues de l’enveloppe de solidarité qui est, de plus, considérablement réduite. Aucune commune ayant un potentiel financier supérieure à 1 M d’Euros ne pourra être éligible. Nous proposons de baser l’effort de solidarité du Département sur le potentiel financier par habitant.
- Une gestion inéquitable des territoires qui se met en place. Le critère du potentiel financier des communes sans le lier au nombre d’habitant est injuste pour bien des communes qui devront renoncer à des projets souvent essentiels bien que plus modestes financièrement.
- La fin de la concertation raisonnable et transparente entre les Maires d’un territoire, autour d’une table, rassemblés autour de leur Conseillers départementaux. Ils perdent ainsi tout pouvoir de décision. C’est la centralisation de la décision à Valence par le Président et son exécutif.

En l’état, nous voterons contre cette réforme. Cependant, dans une démarche de responsabilité et de concertation, nous faisons aujourd’hui une contre-proposition à la majorité. Nous agirons toujours pour que la Drôme reste unie et solidaire et que ses communes ne soient pas sacrifiées.Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS, coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS
Coprésidents du groupe "La Drôme en Mouvement"

Photo devant le département lègère


PROPOSITION D’AMENDEMENT DU GROUPE D’OPPOSITION POUR LA REFORME DE L’AIDE AUX COMMUNES ET AU TIERS

Photio conférence de presse 1Nous faisons 6 propositions pour une réforme plus juste et solidaire :

1. Sanctuarisation de l’aide aux communes à hauteur de 20 millions d’Euros (et non 18,3 millions d’Euros comme annoncé) pour toute la durée du mandat

2. Débat transparent et sanctuarisation de l’enveloppe « aide aux tiers » (Subventions aux associations et aux partenaires, en particulier dans le logement, le numérique) pour toute la durée du mandat

3. Revalorisation de l’enveloppe de dotation de solidarité « projets patrimoniaux » à hauteur de 4 millions d’Euros (et non 2,7 millions d’Euros, comme annoncé) et intégration des 65 communes pour l’instant exclues.

4. Coprésidence de la commission « projets structurants » par la Vice-présidente chargée de l’aménagement des territoires et par les Conseillers départementaux concernés, de la majorité, comme de l’opposition.

5. Validation des propositions de la commission « projets structurants » après avis de la conférence plénière des maires du canton

6. Co-maîtrise d’ouvrage départementale pour les 3 grandes villes et pour les intercommunalités (hors agglomérations) sur des « projets d’ampleur départementale ». Fixation d’un seuil maximal et de critères objectifs de définition des « projets d’ampleur départementale »

Si nos propositions étaient prises en compte, nous nous engagerions alors à voter le nouveau règlement de l’aide aux communes, aux côtés de la majorité.

Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS, coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Patricia BOIDIN, Bernard BUIS, Luc CHAMBONNET, Martine CHARMET, Gérard CHAUMONTET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Pascal PERTUSA, Pierre PIENIEK, Anna PLACE, Jean SERRET

Article Dauphiné

 Dauphiné Libéré - Mardi 29 septembre 2015