Logo CG                             bandeau avril 2015

     S'abonner à la lettre d'information :

contactnous contacter

logo facebook   logo twitter Instagram Logo

Communiqué de presse - Jeudi 15 septembre 2015

11 romans sur isereÉlections Départementales sur la canton de Romans : La victoire de Karine Guilleminot et Pierre Pieniek, confirmée par le Tribunal Administratif

La requête de Mme Marie-Hélène THORAVAL et de M. Fabrice LARUE suite à leur défaite aux élections départementales en mars dernier sur le canton de Romans vient d’être rejetée. C’est une défaite juridique, après celle subie dans les urnes.

Lors de la procédure engagée, de nombreuses attaques ont été portées. Nous n’avons jamais répondu. Les citoyens attendent des élus qu’ils travaillent plutôt qu’ils ne polémiquent. Les Romanais et les habitants de Châtillon-Saint-Jean, Clérieux, Génissieux, Mours-Saint-Eusèbe, Peyrins, Saint-Bardoux, Saint-Paul-lès-Romans et Triors continueront à être représentés au sein du Conseil départemental de la Drôme par les élus qu’ils ont choisis.

Nous sommes attachés à la défense des citoyens comme  des villes et communes de notre canton et continuons d’être aux côtés de la population, des élus et des acteurs du territoire pour le développer. Comme nous le faisons depuis 6 mois, nous restons au service des citoyens et remercions encore les électeurs pour la confiance qu’ils nous ont accordée. Vous pouvez compter sur nous.

Karine GUILLEMINOT et Pierre PIENIEK, Conseillers départementaux du canton de ROMANS
Isabelle PAGANI et Romain TEUFERT, remplaçants

Communiqué de presse - Lundi 7 septembre 2015

jouvet rochas avec titresVigilance sur la politique jeunesse

Le Président du Conseil départemental a fait part de son choix de recentrer la prévention spécialisée sur les 12 quartiers prioritaires identifiés dans la Drôme (à Valence, Romans, Saint-Rambert d’Albon, Montélimar, Pierrelatte, Loriol).  

Nous nous interrogeons sur la politique jeunesse que le Département souhaite mettre en place dans les territoires en veille (Bourg-de-Péage, Bourg-lès-Valence, Portes-lès-Valence, Donzère, Crest et Saint-Vallier) et dans les territoires ruraux.  

La politique jeunesse ne se résume pas à la prévention spécialisée mais englobe également l’animation de proximité au plus près des territoires.

Elle a un rôle essentiel en matière de lien social, de lutte contre l’isolement et la marginalisation.

Nous tenons à rappeler que ces problématiques ne concernent pas seulement les quartiers prioritaires mais que les habitants de la ruralité doivent eux aussi faire face à des difficultés importantes dans un contexte très fragile.  

L’ensemble des actions mises en œuvre sur le terrain, par des associations, par les intercommunalités, par les villes, en matière de prévention et d’animation pour les jeunes Drômois est ainsi remis en cause. 

Nous nous étonnons de cette décision prise sans concertation, à l’heure où notre pacte républicain doit être consolidé et où, plus que jamais, les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité doivent être défendues. 

Nous restons vigilants sur les propositions qui seront faites par l’exécutif départemental.


Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS,
coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Communiqué de presse - Lundi 5 septembre 2015

jouvet rochas avec titresGrosses inquiétudes pour la prévention spécialisée

Le Président du Conseil départemental a fait part de son choix de recentrer la prévention spécialisée sur les 12 quartiers prioritaires identifiés dans la Drôme (à Valence, Romans, Saint-Rambert d’Albon, Montélimar, Pierrelatte, Loriol).

Nous nous interrogeons sur la politique jeunesse que le Département souhaite mettre en place dans les territoires en veille (Bourg-de-Péage, Bourg-lès-Valence, Portes-lès-Valence, Donzère, Crest et Saint-Vallier) et dans les territoires ruraux.

La politique jeunesse ne se résume pas à la prévention spécialisée mais englobe également l’animation de proximité au plus près des territoires.

Elle a un rôle essentiel en matière de lien social, de lutte contre l’isolement et la marginalisation.

Nous tenons à rappeler que ces problématiques ne concernent pas seulement les quartiers prioritaires mais que les habitants de la ruralité doivent eux aussi faire face à des difficultés importantes dans un contexte très fragile.

L’ensemble des actions mises en œuvre sur le terrain, par des associations, par les intercommunalités, par les villes, en matière de prévention et d’animation pour les jeunes Drômois est ainsi remis en cause.

Nous nous étonnons de cette décision prise sans concertation, à l’heure où notre pacte républicain doit être consolidé et où, plus que jamais, les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité doivent être défendues.

Nous restons vigilants sur les propositions qui seront faites par l’exécutif départemental.


Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS,
coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Communiqué de presse - Lundi 31 août 2015

jouvet rochas avec titresCommuniqué de presse de rentrée : priorité à la jeunesse

En cette veille de rentrée scolaire, le groupe de l’opposition départementale fait sa rentrée politique.

Nous avons souhaité reprendre nos travaux sur la thématique de la jeunesse qui est une de nos grandes priorités :  

C’est une priorité au niveau national avec les nombreuses mesures engagées par le gouvernement pour l’éducation (60 000 postes supplémentaires, formation des enseignants, plan numérique pour l’école), contre le chômage des jeunes (emplois d’avenir, contrats de générations), pour la citoyenneté (service civique).  

C’est notre priorité au niveau départemental. Dans le dernier mandat, nous avons lancé de nombreux chantiers que nous revendiquons fièrement :
- La construction ou rénovation d’un collège chaque année pour que les collégiens étudient dans de bonnes conditions. La construction et la rénovation de nombreux gymnases.
- La mise en place d’un chéquier collégien pour permettre à de nombreux jeunes d’accéder à la pratique du sport et à la culture.
- La mise en place de repas de qualité dans les restaurants des collèges avec la création de la plateforme « Agrilocal ». Des opérations de sensibilisation avec « Manger mieux, manger bio »
- La mise en place et le recrutement de plus de 100 jeunes avec le dispositif Emplois d’avenir qui permet de donner une première expérience à des jeunes Drômois.  

Cette semaine, les 16 Conseillers départementaux de notre groupe seront en visite dans les collèges du département pour suivre la rentrée, échanger avec les équipes administratives et pédagogiques, avec les collégiens et leurs familles.  

C’est notre responsabilité en tant qu’élus de la République : tout faire pour que les nouvelles générations vivent mieux que les précédentes.


Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS,
coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Communiqué de presse - Mercredi 22 juillet 2015

bernard buis
Fermeture des stations de la Drôme

Nous avons été reçus par le Président du Conseil départemental de la Drôme, Patrick Labaune, le 21 juillet à la médiathèque de Crest. Le Président du Conseil départemental nous a annoncé sa décision de fermer la station de Valdrôme l’hiver et celle de Lus-la-Jarjatte à Lus-La-Croix-Haute durant l’été.Les investissements prévus sur ces stations sont donc stoppés, la piste de luge hiver-été prévue sur Valdrôme étant affectée à la station de Font d’Urle.

Les élus du Diois dénoncent ce choix de recentrage de la politique des stations sur le martine charmetVercors au détriment du Diois. Ils rappellent que la volonté du Département a toujours été celle d’un développement harmonieux des territoires, en investissant partout et en assurant un fonctionnement identique pour tous.

Le Département assume le déficit récurrent de l’ensemble des stations drômoises : 1,5 millions d’euros en moyenne sur 5 ans, dont effectivement

570 000€ totalisés en moyenne pour les stations du Diois (Valdrôme pour 400 000€ et Lus pour 170 000€), et quasiment la même somme en moyenne pour le Col de Rousset (600 000€) , 330 000€ étant nécessaire pour les autres stations.

Le constat de la Cour régionale des Comptes vise toutes les stations et pas uniquement celles du Diois.


Les élus du Diois ne veulent en aucun cas s’opposer à ceux du Vercors : les bassins de vie sont différents, les stations du Vercors profitent de la proximité des grandes villes (Die, Crest, agglomérations valentinoise et romanaise), alors que les stations du Diois sont adaptées à une clientèle locale nettement inférieure.

Des familles vivent à l’année grâce au fonctionnement des stations de la Drôme dans l’arrière-pays du Diois, des saisonniers qui ont ainsi un complément d’activité et des employés permanents qui vont devoir trouver une autre activité, ce qui sera très dur dans le contexte économique actuel.

Nous déplorons le choix politique inéquitable du Président du Conseil départemental de la Drôme à l’encontre du Diois, qui pénalise fortement l’économie locale déjà fragilisée.

Bernard Buis et Martine Charmet, conseillers départementaux du canton du Diois