Logo CGbandeau avril 2015

contactnous contacter

logo facebook   logo twitter Instagram Logo

Une autre idée de la Drôme

Notre traditionnelle conférence de presse de rentrée se tient au lendemain d’une recomposition politique de l’Assemblée départementale, avec la création d’un nouveau groupe La République en Marche. A cette occasion, nous souhaitons réaffirmer notre identité qui est constante depuis de nombreuses années.  

Nous sommes le groupe de gauche du Conseil départemental et nous continuerons à défendre les valeurs sociales et écologistes qui sont le fondement même de notre engagement et la raison pour laquelle les électeurs nous ont fait confiance dans nos cantons en 2015. 

La Drôme, ce n’est malheureusement pas que la photo d’un champ de lavande avec le Château de Grignan en fond. 

  • C’est 15,5% des ménages qui vivent sous le seuil de pauvreté soit 3% de + plus qu’au niveau régional.
  • C’est 28,1% de la population (soit 166.000 personnes) qui auront plus de 65 ans en 2040.
  • C’est plus des 2/3 de la population qui peut prétendre à un logement social au regard de son niveau de revenu
  • C’est 25 Jours par an de pollution atmosphérique en alerte rouge et une augmentation de ce nombre de jours d’année en année.
  • C’est une rupture des relations avec les départements voisins
  • C’est un recul des services publics départementaux dans l’ensemble des territoires ruraux
  • C’est un délai d’attribution de l’APA qui est en augmentation.
  • C’est la fibre optique promise depuis le début du mandat et qui n’arrive toujours pas
  • Ce sont près de la moitié des médecins qui vont partir en retraite d’ici 10 ans.
  • Ce sont des investissements qui sont à l’arrêt ou sans réponse comme le franchissement du Rhône qui posent des problèmes du nord au sud de la Drôme. 

Face à ces enjeux la majorité départementale est silencieuse et n’agit pas depuis 4 ans.

Nous avons dans notre groupe une autre idée de la Drôme ! 

C’est pourquoi nous lançons dès aujourd’hui un appel à l’ensemble des citoyen.ne.s qui partagent nos constats et nos valeurs, nous les invitons à nous rejoindre pour travailler avec nous à une alternance vitale et urgente pour notre département.

Notre groupe « la Drôme en mouvement » se veut un espace de rassemblement, qui associe différentes sensibilités de gauche (engagées dans un parti ou non), pour réfléchir et surtout agir. Nous renforçons notre travail actuel en mettant en place une nouvelle dynamique dans les prochains mois :


- Nous organiserons un tour de la Drôme avec des déplacements dans tous les cantons, pour multiplier les rencontres avec les habitants, les élus locaux, les acteurs économiques, les acteurs associatifs et affiner notre projet pour la Drôme.
- Nous organiserons de grandes réunions thématiques pour susciter le débat sur des sujets déterminants pour l’avenir (par exemple, le maintien d’un service public humain et de proximité, une politique sociale qui lutte efficacement contre les inégalités, la mise en place d’actions concrètes et significatives pour organiser la transition écologique…).
- Nous désignerons des représentants de « La Drôme en mouvement » dans chacun des 19 cantons pour faire le lien au plus près des territoires, mieux faire connaître nos propositions et être à l’écoute.

Nous ne sommes pas encore rentrés dans la campagne électorale des élections départementale, elle viendra en son temps, mais nous nous inscrivons d’ores et déjà dans un travail de fond, sur la durée, qui a pour vocation de faire vivre notre projet tout en permettrant l’émergence de nouvelles personnalités pour l’incarner.


Nous sommes convaincus qu’un autre chemin existe pour notre département, plus solidaire, plus actif pour préserver notre environnement et plus actif et innovant pour moderniser nos infrastructures et notre service public, nous mettrons toute notre énergie et notre détermination pour le rendre possible.


Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS
Coprésidents du groupe « La Drôme en mouvement »

Patricia BOIDIN, Luc CHAMBONNET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Jean SERRET

 

 

 

Conférence de presse - Lundi 10 septembre 2018 (bilan de mi-mandat)

Copresidence bloc100% engagés pour défendre les drômoises et les drômois !

A l’occasion de cette rentrée, nous souhaitons réaffirmer notre mobilisation pleine et entière au service des drômoises et des drômois.

Voilà 3 années que la droite est à la tête de notre département, l’occasion de faire un bilan à la moitié du mandat. Nos inquiétudes de début de mandat se confirment malheureusement et nous restons très inquiets quant à la baisse de dynamisme de notre département.

Si nous faisons entendre notre voix à chaque fois que c’est nécessaire au sein de l’Assemblée départementale en jouant notre devoir d’opposition vigilante, nous menons également un travail régulier de réflexion et de propositions. Notre vision est claire :

-  Une Drôme à la hauteur de l’urgence écologique qui s’implique pleinement et invente des solutions à l’échelle départementale

-  un service public de qualité et de proximité où le personnel est respecté et suffisamment nombreux pour agir.

-  une Drôme solidaire qui accompagne les plus fragiles sur tous les territoires.

-  Une Drôme qui investit massivement avec volontarisme et imagination pour moderniser notre département et porter de nouveaux projets.

-  le soutien sans faille aux acteurs locaux (communes, entreprises, associations, porteurs de projets…)

-  Une Drôme qui s’engage pour l’avenir des territoires ruraux.Nous continuerons à nous battre tout au long de ce mandat pour une Drôme humaine et dynamique !


Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS,
coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Patricia BOIDIN, Bernard BUIS, Luc CHAMBONNET, Martine CHARMET, Gérard CHAUMONTET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Pascal PERTUSA, Pierre PIENIEK, Anna PLACE, Jean SERRET

JOURNAL mi mandat p1

JOURNAL mi mandat interieur

JOURNAL mi mandat p4

Meilleurs voeux pour 2018 !

Nous vous souhaitons une excellente année 2018, bonheur, santé et réussite dans tous vos projets !

CD26 voeux 2018


Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS,
coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Patricia BOIDIN, Bernard BUIS, Luc CHAMBONNET, Martine CHARMET, Gérard CHAUMONTET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Pascal PERTUSA, Pierre PIENIEK, Anna PLACE, Jean SERRET

Communiqué de presse - mercredi 13 septembre 2016

Pierre JOUVET au microDites surtout non à la démagogie ! (communiqué de Pierre JOUVET)

Depuis 30 ans, et sa première élection en 1986, Patrick Labaune a des méthodes qui sont toujours les mêmes. Il ne pense qu'à son élection d'après, lui qui a occupé tous les mandats (conseiller régional, général, maire, député, député-maire et aujourd'hui député et Président du Conseil départemental). Depuis 30 ans, il ne pense pas à ce qu'il pourrait faire de ses mandats. En tant que député, il a un taux d'absentéisme qui, s'il était collégien, lui vaudrait une exclusion, en attendant l'année prochaine, où il espère être réélu pour la 5ème fois, et ainsi démissionner du Département pour cause de cumul des mandats. Pour être élu, il a une technique électoralement très efficace : il lui faut les voix d'extrême-droite. Et il est tellement prêt à tout qu'il a déjà été condamné pour ça : en 1995, avec son tract sur l'ancien maire de Valence intitulé "Pesce préfèrent les islamistes du FIS que les Français" ; en 2002 quand il refusa de marier un couple de Marocains.

Sa dernière trouvaille ? Une pétition en ligne intitulée "Dites non au futur centre d'accueil de réfugiés d'Allex" dans laquelle il indique que "dans un pays en guerre contre le djihadisme et en crise économique comme l’est la France aujourd’hui, il est aberrant et dangereux de vouloir faire d’Allex le Calais de la Drôme." Il oublie évidemment de dire qu'il faut créer des centres d'accueil pour fermer celui de Calais. Il oublie évidemment de dire que la Maire de Calais, Natacha Bouchart, qui soutient comme lui Nicolas Sarkozy, souhaite la fermeture de Calais. Il n'oublie évidemment pas d'écrire le mot djihadiste en-dessous de migrants, petit message subliminal à sa cible électorale. Patrick Labaune est le roi des réponses simplistes face à des problèmes complexes. Juste parce que ça fait gagner des voix. Si les migrants pouvaient voter pour lui, je suis sûr qu'il serait favorable aux centres d'accueil, qu'il en ouvrirait et les financerait. Cette façon de faire de la politique est tellement opposée à mes valeurs et tellement indigne d'un parlementaire qu'elle donne la nausée.

La question des migrants est dramatique, excessivement complexe. Oui, il faut le dire, la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. C’est une certitude. Mais quand on est la 5ème puissance économique mondiale, ne doit-on pas faire preuve de solidarité envers des peuples innocents, qui meurent chez eux de la guerre ? Rappelons-nous, il y a tout juste un an l’émotion qu’avait provoqué cette photo d’un enfant syrien de trois ans mort sur une plage turque. Cet enfant, Aylan Kurdi faisait partie d'un groupe de douze syriens, tous repêchés morts, alors qu'ils tentaient de traverser la méditerranée sur deux bateaux en direction des îles grecques de Kos depuis Bodrum. Ils voulaient quitter la Syrie pas par confort mais pour éviter la guerre. Toute la classe politique, de droite comme de gauche, avait alors exprimé sa vive émotion, son horreur. La classe politique avait alors demandé au Président de la République et à l’Europe de prendre toute la mesure de cette crise. Alors la France fait son devoir, à une hauteur bien moins grande d'ailleurs que l'Allemagne.

Peut-être que soutenir la construction d'un centre d'accueil de réfugiés fait perdre des voix. Je préfère perdre des voix plutôt que mes valeurs.Peut-être que la dimension du centre d’accueil et d’orientation d’Allex n’est pas la bonne et qu’il faut une plus juste répartition sur l’ensemble de la Drôme. Et il faut en parler sereinement et dans le calme. La politique n'est pas faite pour gagner des élections. Ce sont les élections qui permettent à des hommes et des femmes élues de faire de la politique.

Alors, je souhaite m'adresser à ceux qui signent cette pétition. C’est d’ailleurs leur droit le plus absolu.Que vous soyez pour ou contre l'accueil de migrants, la réalité est qu'il y a des migrants sur le territoire national. Vous pouvez fermer les frontières, les migrants sont prêts à mourir en Méditerranée ou à Calais.
N’est-il pas urgent de fermer Calais ? Si !
Alors, si nous fermons Calais et que nous ne construisons pas de centres d'accueil, qu’allons-nous faire de ces réfugiés ?
Des trains ?
Des charters ?
Et si matériellement nous n'arrivons pas à renvoyer tous les migrants chez eux, qu'allons-nous faire ?
Des camps ?
Et si les camps ne suffisaient pas ?
Qu'allons-nous faire ?

Il est temps que certains élus de ce pays arrêtent de jeter de l’huile sur le feu. Il est temps que certains élus de ce pays arrêtent de traiter des sujets si complexes de manière si caricaturale. Il est temps que les élus apaisent le débat démocratique et n’exacerbent pas les peurs, le repli sur soi et le rejet de l’autre.

Oui, la France a été touchée par des attentats et les angoisses des Français peuvent se comprendre. Oui, la situation économique de notre pays est difficile pour beaucoup de nos concitoyens. Il est nécessaire d’amplifier encore la réponse aux craintes légitimes de la population.

Notre République doit être ferme, sans concession mais aussi bienveillante. C’est de notre modèle de société dont il s’agit. Nous ne réglerons pas nos difficultés en faisant croire que c’est la faute des autres ou en nous repliant sur nous-mêmes. Ce n’est pas ça la France.

Pour ma part, je vous propose de respecter l’autorité de l’État et de faire confiance au Préfet de la Drôme et au Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve pour traiter de cette question de la répartition des réfugiés dans notre pays.

Communiqué de presse - Vendredi 1er juillet 2016

jouvet rochas avec titresRéaction aux déclarations de Patrick LABAUNE sur france Bleu Drôme Ardèche

Lors d’une interview donnée à France Bleu Drôme Ardèche, Patrick Labaune a une nouvelle fois fait preuve d’inconséquence et d’incompétence.

Déjà, il refuse d’écouter les agents départementaux inquiets des suppressions de postes ou du non-remplacement des arrêts maladies. Des agents venus lui parler, qui assurent l’entretien et la sécurité de nos routes, agissent au quotidien pour nos aînés, les personnes handicapées, les collégiens, et pour les plus précaires dans le cadre de nos politiques sociales…

Pire, inconséquent et méprisant, il pense que le personnel en grève est entré dans l’Assemblée départementale lundi comme dans « une école maternelle » ou « un asile psychiatrique » « pour faire la fête ». Les agents demandaient simplement à être écoutés par leur employeur. Patrick Labaune a préféré partir et pratiquer la politique de la chaise vide. Les agents du Département et les élus présents dans l’Assemblée n’ont pas de problèmes psychiatriques et ne sont pas des enfants de moins de 6 ans. Ils sont responsables et demandent l’écoute et le respect du dialogue social.

Incompétent et mensonger, il affirme que le 11ème Département le moins endetté de France grâce à l’action de la gauche départementale durant 11 ans a de « gros soucis financiers ». N’ayant pas de projets d’envergure comme la ViaRhôna, le Pôle Ecotox, le Tunnel des Grands Goulets, le déploiement de la fibre optique partout et pour tous…, il choisit les coupes budgétaires et l’agitation médiatique pour faire croire qu’il agit. Nous ne voyons que des dégradations. Moins pour les pompiers pour moins de sécurité. Moins pour la jeunesse par entêtement idéologique. Moins pour les communes, en particulier les villages, par goût du clientélisme et pour financer les projets de ses amis à la tête des grandes villes drômoises. Moins pour l’économie avec un effondrement de l’investissement de 14%. Bientôt moins pour nos clubs sportifs, nos associations culturelles à qui il propose, pour compenser, d’engager des bénévoles ! Tout ça dit-il pour ne pas augmenter les impôts ? La gauche départementale ne l’avait pas attendu et n’augmentait pas les impôts depuis 5 ans.

Irresponsable, il prétend que l’État le « rackette » alors qu’il appartient à une organisation politique de droite qui réclame de réduire la dépense publique, non pas de 50 milliards  d’euros comme actuellement, mais de 100 milliards. S’il était responsable et cohérent, il revendiquerait la participation du Département à la réduction de la dette publique et amortirait le choc localement. Il en a les marges financières grâce à l’excellente gestion de la majorité précédente qui a laissé un Département en parfaite santé, comme le reconnaît son Vice-président aux finances Jacques Ladegaillerie.

Incapable de présider, c’est-à-dire de rassembler tous les Drômois, bien au-delà de son clan politique, il préfère la tambouille politicienne et les petites manœuvres de diversion en ciblant une seule organisation syndicale, la CGT, dans le seul objectif de satisfaire son électorat. Toutes les organisations syndicales sont mobilisées. Pour notre part, nous pensons que le personnel départemental est compétent, efficace, au service de la population et de tous les territoires et que gérer le Département et ses 2 800 agents n’est pas un jeu et réclame du sérieux.

Patrick Labaune déclare qu’« il a fait son temps » ? Après plus d’un an de mandat à la tête du Département, nous devons malheureusement constater, avec lui, qu’il a raison.

Désormais, un Conseiller départemental peut faire un doigt d’honneur aux représentants du personnel dans l’Assemblée. Désormais, une Conseillère départementale peut mépriser une syndicaliste en postant une vidéo sur son mur Facebook dans laquelle elle la compare à la Zézette du « Père Noël est une ordure »…

Avant la Drôme était rassemblée, portée par un projet politique d’envergure, incarnée par un Président compétent et reconnu. Mais ça, c’était avant.

Maintenant, ça suffit. Les excès et les provocations volontaires de cet homme ne sont pas dignes de la fonction qu’il représente. Il fait honte à la Drôme.

« La ruse la mieux ourdie
Peut nuire à son inventeur;
Et souvent la perfidie
Retourne sur son auteur. »
La Fontaine dans La Grenouille et le Rat

Pierre JOUVET et Pascale ROCHAS,
coprésidents du groupe « La Drôme en Mouvement »

Patricia BOIDIN, Bernard BUIS, Luc CHAMBONNET, Martine CHARMET, Gérard CHAUMONTET, Pierre COMBES, Karine GUILLEMINOT, Zabida NAKIB-COLOMB, Muriel PARET, Renée PAYAN, Pascal PERTUSA, Pierre PIENIEK, Anna PLACE, Jean SERRET

 

Lors d’une interview donnée à France Bleu Drôme Ardèche, Patrick Labaune a une nouvelle fois fait preuve d’inconséquence et d’incompétence.

Déjà, il refuse d’écouter les agents départementaux inquiets des suppressions de postes ou du non-remplacement des arrêts maladies. Des agents venus lui parler, qui assurent l’entretien et la sécurité de nos routes, agissent au quotidien pour nos aînés, les personnes handicapées, les collégiens, et pour les plus précaires dans le cadre de nos politiques sociales…

Pire, inconséquent et méprisant, il pense que le personnel en grève est entré dans l’Assemblée départementale lundi comme dans « une école maternelle » ou « un asile psychiatrique » « pour faire la fête ». Les agents demandaient simplement à être écoutés par leur employeur. Patrick Labaune a préféré partir et pratiquer la politique de la chaise vide. Les agents du Département et les élus présents dans l’Assemblée n’ont pas de problèmes psychiatriques et ne sont pas des enfants de moins de 6 ans. Ils sont responsables et demandent l’écoute et le respect du dialogue social.

Incompétent et mensonger, il affirme que le 11ème Département le moins endetté de France grâce à l’action de la gauche départementale durant 11 ans a de « gros soucis financiers ». N’ayant pas de projets d’envergure comme la ViaRhôna, le Pôle Ecotox, le Tunnel des Grands Goulets, le déploiement de la fibre optique partout et pour tous…, il choisit les coupes budgétaires et l’agitation médiatique pour faire croire qu’il agit. Nous ne voyons que des dégradations. Moins pour les pompiers pour moins de sécurité. Moins pour la jeunesse par entêtement idéologique. Moins pour les communes, en particulier les villages, par goût du clientélisme et pour financer les projets de ses amis à la tête des grandes villes drômoises. Moins pour l’économie avec un effondrement de l’investissement de 14%. Bientôt moins pour nos clubs sportifs, nos associations culturelles à qui il propose, pour compenser, d’engager des bénévoles ! Tout ça dit-il pour ne pas augmenter les impôts ? La gauche départementale ne l’avait pas attendu et n’augmentait pas les impôts depuis 5 ans.

Irresponsable, il prétend que l’État le « rackette » alors qu’il appartient à une organisation politique de droite qui réclame de réduire la dépense publique, non pas de 50 milliards  d’euros comme actuellement, mais de 100 milliards. S’il était responsable et cohérent, il revendiquerait la participation du Département à la réduction de la dette publique et amortirait le choc localement. Il en a les marges financières grâce à l’excellente gestion de la majorité précédente qui a laissé un Département en parfaite santé, comme le reconnaît son Vice-président aux finances Jacques Ladegaillerie.

Incapable de présider, c’est-à-dire de rassembler tous les Drômois, bien au-delà de son clan politique, il préfère la tambouille politicienne et les petites manœuvres de diversion en ciblant une seule organisation syndicale, la CGT, dans le seul objectif de satisfaire son électorat. Toutes les organisations syndicales sont mobilisées. Pour notre part, nous pensons que le personnel départemental est compétent, efficace, au service de la population et de tous les territoires et que gérer le Département et ses 2 800 agents n’est pas un jeu et réclame du sérieux.

Patrick Labaune déclare qu’« il a fait son temps » ? Après plus d’un an de mandat à la tête du Département, nous devons malheureusement constater, avec lui, qu’il a raison.

Désormais, un Conseiller départemental peut faire un doigt d’honneur aux représentants du personnel dans l’Assemblée. Désormais, une Conseillère départementale peut mépriser une syndicaliste en postant une vidéo sur son mur Facebook dans laquelle elle la compare à la Zézette du « Père Noël est une ordure »…

Avant la Drôme était rassemblée, portée par un projet politique d’envergure, incarnée par un Président compétent et reconnu. Mais ça, c’était avant.

Maintenant, ça suffit. Les excès et les provocations volontaires de cet homme ne sont pas dignes de la fonction qu’il représente. Il fait honte à la Drôme.

« La ruse la mieux ourdie
Peut nuire à son inventeur;
Et souvent la perfidie
Retourne sur son auteur. »

La Fontaine dans La Grenouille et le Rat