Logo CG                             bandeau avril 2015

     S'abonner à la lettre d'information :

contactnous contacter

logo facebook   logo twitter Instagram Logo

Communiqué de presse - mercredi 13 septembre 2016

Pierre JOUVET au microDites surtout non à la démagogie ! (communiqué de Pierre JOUVET)

Depuis 30 ans, et sa première élection en 1986, Patrick Labaune a des méthodes qui sont toujours les mêmes. Il ne pense qu'à son élection d'après, lui qui a occupé tous les mandats (conseiller régional, général, maire, député, député-maire et aujourd'hui député et Président du Conseil départemental). Depuis 30 ans, il ne pense pas à ce qu'il pourrait faire de ses mandats. En tant que député, il a un taux d'absentéisme qui, s'il était collégien, lui vaudrait une exclusion, en attendant l'année prochaine, où il espère être réélu pour la 5ème fois, et ainsi démissionner du Département pour cause de cumul des mandats. Pour être élu, il a une technique électoralement très efficace : il lui faut les voix d'extrême-droite. Et il est tellement prêt à tout qu'il a déjà été condamné pour ça : en 1995, avec son tract sur l'ancien maire de Valence intitulé "Pesce préfèrent les islamistes du FIS que les Français" ; en 2002 quand il refusa de marier un couple de Marocains.

Sa dernière trouvaille ? Une pétition en ligne intitulée "Dites non au futur centre d'accueil de réfugiés d'Allex" dans laquelle il indique que "dans un pays en guerre contre le djihadisme et en crise économique comme l’est la France aujourd’hui, il est aberrant et dangereux de vouloir faire d’Allex le Calais de la Drôme." Il oublie évidemment de dire qu'il faut créer des centres d'accueil pour fermer celui de Calais. Il oublie évidemment de dire que la Maire de Calais, Natacha Bouchart, qui soutient comme lui Nicolas Sarkozy, souhaite la fermeture de Calais. Il n'oublie évidemment pas d'écrire le mot djihadiste en-dessous de migrants, petit message subliminal à sa cible électorale. Patrick Labaune est le roi des réponses simplistes face à des problèmes complexes. Juste parce que ça fait gagner des voix. Si les migrants pouvaient voter pour lui, je suis sûr qu'il serait favorable aux centres d'accueil, qu'il en ouvrirait et les financerait. Cette façon de faire de la politique est tellement opposée à mes valeurs et tellement indigne d'un parlementaire qu'elle donne la nausée.

La question des migrants est dramatique, excessivement complexe. Oui, il faut le dire, la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. C’est une certitude. Mais quand on est la 5ème puissance économique mondiale, ne doit-on pas faire preuve de solidarité envers des peuples innocents, qui meurent chez eux de la guerre ? Rappelons-nous, il y a tout juste un an l’émotion qu’avait provoqué cette photo d’un enfant syrien de trois ans mort sur une plage turque. Cet enfant, Aylan Kurdi faisait partie d'un groupe de douze syriens, tous repêchés morts, alors qu'ils tentaient de traverser la méditerranée sur deux bateaux en direction des îles grecques de Kos depuis Bodrum. Ils voulaient quitter la Syrie pas par confort mais pour éviter la guerre. Toute la classe politique, de droite comme de gauche, avait alors exprimé sa vive émotion, son horreur. La classe politique avait alors demandé au Président de la République et à l’Europe de prendre toute la mesure de cette crise. Alors la France fait son devoir, à une hauteur bien moins grande d'ailleurs que l'Allemagne.

Peut-être que soutenir la construction d'un centre d'accueil de réfugiés fait perdre des voix. Je préfère perdre des voix plutôt que mes valeurs.Peut-être que la dimension du centre d’accueil et d’orientation d’Allex n’est pas la bonne et qu’il faut une plus juste répartition sur l’ensemble de la Drôme. Et il faut en parler sereinement et dans le calme. La politique n'est pas faite pour gagner des élections. Ce sont les élections qui permettent à des hommes et des femmes élues de faire de la politique.

Alors, je souhaite m'adresser à ceux qui signent cette pétition. C’est d’ailleurs leur droit le plus absolu.Que vous soyez pour ou contre l'accueil de migrants, la réalité est qu'il y a des migrants sur le territoire national. Vous pouvez fermer les frontières, les migrants sont prêts à mourir en Méditerranée ou à Calais.
N’est-il pas urgent de fermer Calais ? Si !
Alors, si nous fermons Calais et que nous ne construisons pas de centres d'accueil, qu’allons-nous faire de ces réfugiés ?
Des trains ?
Des charters ?
Et si matériellement nous n'arrivons pas à renvoyer tous les migrants chez eux, qu'allons-nous faire ?
Des camps ?
Et si les camps ne suffisaient pas ?
Qu'allons-nous faire ?

Il est temps que certains élus de ce pays arrêtent de jeter de l’huile sur le feu. Il est temps que certains élus de ce pays arrêtent de traiter des sujets si complexes de manière si caricaturale. Il est temps que les élus apaisent le débat démocratique et n’exacerbent pas les peurs, le repli sur soi et le rejet de l’autre.

Oui, la France a été touchée par des attentats et les angoisses des Français peuvent se comprendre. Oui, la situation économique de notre pays est difficile pour beaucoup de nos concitoyens. Il est nécessaire d’amplifier encore la réponse aux craintes légitimes de la population.

Notre République doit être ferme, sans concession mais aussi bienveillante. C’est de notre modèle de société dont il s’agit. Nous ne réglerons pas nos difficultés en faisant croire que c’est la faute des autres ou en nous repliant sur nous-mêmes. Ce n’est pas ça la France.

Pour ma part, je vous propose de respecter l’autorité de l’État et de faire confiance au Préfet de la Drôme et au Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve pour traiter de cette question de la répartition des réfugiés dans notre pays.